Serviteur de votre joie !

Catégorie : Catéchèse

Bible project – la Bible en films d’animation

Vous avez aimé la Bible en BD? Vous aimerez ces vidéo de film d’animation pour entrer dans les récits bibliques et réalisées par les équipes du “bibleproject” : https://bibleproject.com/francais/Page youtube des vidéos

Dans cet article, j’ai voulu rassembler ces vidéos par catégorie, accessible en une page.

Clés littéraires pour entrer dans la Bible

Introduction à la Bible
Les genres littéraires
Le cadre du récit
L’histoire de la Bible
Scénario et récit biblique
Schémas narratifs récurrents
Les métaphores dans la poésie
L’art dans la poésie biblique
Les personnages dans les récits

Clés thématiques

Dieu
L’image de Dieu
La sainteté
L’alliance
Fils de l’homme

Étude de mots biblique (playliste)

Présentation des livres de l’Ancien Testament

Genèse

Exode

Lévitique

Nombres

Deutéronome

Josué

Juges

Ruth

Samuel (I et II)

Rois (I et II)

Chroniques (I et II)

Esdras & Néhémie

Tobie

Judith

Esther

Livre des Martyrs d’Israël

Job

Psaumes

Proverbes

Ecclésiaste (Qohélet)

Cantique des Cantiques

Livre de la Sagesse

Ecclésiastique (Siracide)

Isaïe

Jérémie

Lamentations

Baruch

Lettre de Jérémie

Ezéchiel

Daniel

Osée

Joël

Amos

Abdias

Jonas

Michée

Nahum

Habaquq

Sophonie

Aggée

Zacharie

Malachie

Présentation d’ensembles de livre

Tanakh / Ancien Testament

Les prophètes

Nouveau Testament

Nouveau Testament

Évangile selon saint Matthieu

Évangile selon saint Marc

Évangile selon saint Luc

Évangile selon saint Jean

Actes des Apôtres

Lettre aux Romains

Lettre aux Corinthiens (I et II)

Lettre aux Galates

Lettre aux Ephésiens

Lettre aux Philippiens

Lettre aux Colossiens

Lettre aux Théssaloniciens (I et II)

Lettres à Timothée (I et II)

Lettre à Tite

Lettre à Philémon

Lettre aux Hébreux

Lettre de saint Jacques

Lettres de saint Pierre (I et II)

Lettres de saint Jean (I, II et III)

Lettre de saint Jude

Apocalypse

Guide de lecture pour la liturgie de la Parole de la Vigile Pascale

Guide réalisé le Samedi Saint 3 avril 2021, pour un office avec des lectures de la Vigile Pascale, à 15h, à la paroisse La-Croix-Saint-Pierre (Cantal). (Nous n’auront pas eu de vigile pascale cette année, mais un temps d’écoute de la Parole de Dieu.)

Cette année, nous écouterons le premier récit de création (Genèse 1,1-2,2), auquel nous répondrons par le psaume Bénis le Seigneur ô mon âme ; Seigneur mon Dieu tu es si grand (Ps 103), 2) le récit du passage de la mer des roseaux (Ex 14 15-15,1a), auquel nous répondrons par le Cantique de l’Exode (Ex 15), la déclaration d’amour et de fidélité du Dieu époux et sauveur à Jérusalem malheureuse et effrayée (Is 54,5-14), à laquelle nous répondrons par le psaume Quand j’ai crié vers toi, Seigneur, mon Dieu, tu m’as guérit (Ps 29), l’exhortation à recevoir les dons gratuit et abondant de Dieu qui s’engage envers nous par une alliance éternelle (Is 55,1-11), à laquelle nous répondrons par le Cantique d’Isaïe Voici le Dieu qui me sauve : j’ai confiance je n’ai plus de crainte (Is 12), l’invitation à se retourner vers La Sagesse, identifiée avec la Loi, laquelle « est apparue sur la terre et a vécu parmi les hommes » (Ba, 9-15.32-4,4), nous répondrons à cette invitation en chantant le psaume La Loi du Seigneur est parfaite qui redonne vie (Ps 18b). A l’issue de ces lectures de l’Ancien Testament, nous écouterons l’évangile selon saint Marc (16,1-8) qui se conclu par le silence des femmes qui allèrent au tombeau, « car elles avaient peur ».

Toutes les lectures sont disponibles sur le site aelf.org.

Pourquoi écouter ces lectures ? Une prière qui suit un des psaumes de la Vigile Pascale dit : « Seigneur notre Dieu, tu veux nous former à célébrer le mystère pascal en nous faisant écouter l’Ancien et le Nouveau Testament ; ouvre nos cœurs à l’intelligence de ta miséricorde : ainsi la conscience des grâces déjà reçues affermira en nous l’espérance des biens à venir. » Il s’agit donc d’une formation, une formation en accéléré, pas donnée par n’importe qui, par Dieu ! Une formation pour célébrer le mystère Pascal, c’est-à-dire célébrer la miséricorde de Dieu qui passe par ces évènements vécus par le peuple d’Israël, et ceux vécus par Jésus-Christ ainsi que par ses disciples. En relisant le ‘Premier Testament’, nous reprenons conscience des grâces reçues, des merveilles que Dieu a faites par le passé. La gratitude fait grandir l’espérance. Le regard vers un passé visité par Dieu « affermira en nous l’espérance » d’un futur aussi visité par Dieu. Dans le mur de la mort, Jésus-Christ a ouvert un passage ; il a pris par la main les justes qui attendaient dans les enfers et les a conduits dans le paradis. Célébrer le mystère Pascal, c’est laisser le Christ devenir notre lampe torche intérieure. Et nous pourrons à notre tour annoncer aux personnes que l’on rencontre que le Christ veut être aussi leur lampe torche intérieure. C’est ça le salut, le passage des ténèbres à la lumière, de l’Egypte à la Terre promise, de l’humiliation à la gloire, de l’orgueil à l’humilité, de la mort à la vie, de la haine au pardon, de la désobéissance à l’obéissance, d’Adam au Christ.

    49. Dans le contexte de la liturgie de ce soir, à travers ces lectures, l’Église nous amène à leur apogée avec le récit évangélique de la Résurrection du Seigneur. Nous sommes plongés dans le flux de l’histoire du salut à travers les sacrements d’initiation célébrés dans cette Veillée, comme nous le rappelle le beau passage de Paul sur le baptême.

   Les liens entre la création et la nouvelle vie en Christ sont très clairs cette nuit-là, entre l’exode historique et l’exode définitif du Mystère pascal de Jésus, auquel tous les fidèles participent par le baptême, entre les promesses des prophètes et leur réalisation dans les mystères liturgiques célébrés.

50. Les prières (ou “oraisons”) qui suivent chaque lecture aident à comprendre les liens entre les thèmes de l’Ancien Testament et leur accomplissement dans le Mystère pascal du Christ. Elles expriment, avec simplicité et clarté, le sens christologique et sacramentel profond des textes de l’Ancien Testament, puisqu’ils parlent de création, de sacrifice, d’exode, de baptême, de miséricorde de Dieu, d’alliance éternelle, de lavage du péché, de rédemption et de vie en Christ.

Directoire sur l’homilétique, n°49 et 50,
de la Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements, 2015.

Genèse 1, 1 – 2, 2 : « Au commencement, Dieu créa… »

  Au VIème s. avant J.-C, les juifs firent l’expérience douloureuse de l’exil, ils le vécurent comme une sorte de dé-création, ainsi que l’exprime Jérémie : « J’ai regardé la terre : un chaos ; les cieux : leur lumière a disparu. » (Jr 4,31) A Babylone, entre 587 et 537, ils furent au contact des récits fondateurs mésopotamiens dont l’Enuma Elish auquel notre récit emprunte certains traits. En rentrant d’exil, après 537, le peuple fera l’expérience d’une sorte de recréation, de salut, et manifestera dans les récits de la Genèse le désir de comprendre sa propre destinée.

  La Vigile Pascale est imprégnée du thème de la lumière, car à la suite de la tradition juive nous célébrons quatre nuits : la nuit de la création où la Parole de Dieu jaillir la lumière (Gn 1), la nuit d’Abraham qui se voit lier son fils pour l’offrir « sur l’autel » (Gn 22), la nuit de la Pâque en Egypte (Ex 11,4 ;12,29) et enfin la nuit du salut eschatologique et messianique. Les lectures des prophètes (Is 54, Is 55 et Ez 36) et de la sagesse (Ba 3) nous conduise progressivement à cette quatrième nuit. « Que la lumière soit ! Et la lumière fut. »

Ps 103 (104) « Bénis le Seigneur, ô mon âme. Seigneur mon Dieu, tu es si grand ! »

  Les psaumes et les cantiques sont notre réponse aux lectures écoutées, ils constituent une respiration poétique. La poésie hébraïque balance sur deux pieds, chaque expression est reformulée, amplifiée ou précisée une deuxième fois, en parallèle.

Paul Valéry disait : « Le lyrisme est le développement d’une exclamation. » Nous pouvons ainsi chercher dans chaque psaume ou cantique, quelle exclamation le psalmiste nous invite à faire nôtre.

Dans ce psaume, quelle image nous touchera ? La lumière comme un manteau que revêt le Seigneur, les images champêtres, le désir de bénir et de louer le Seigneur ?

Exode 14, 15 – 15, 1a : « En ces jours-là, le Seigneur dit à Moïse… »

La troisième nuit est celle du passage de l’esclavage en Egypte à la liberté ; acculés à la mer des roseaux, Moïse doit faire confiance, le miracle est possible. Devant nos impasses, nous devons nous aussi faire confiance. Le texte que nous écoutons nous offre deux récits différents, enchevêtrés : le premier décrit l’assèchement de la mer, les Egyptiens si embourbent puis se noient, les Israelites eux n’ont pas bougés et découvre au matin la puissance de Dieu. Le second récit décrit le miracle comme une séparation des eaux à travers lesquelles Israël passe à pied sec, les Egyptiens se retrouveront submergés ensuite. A la base, il y a un fait historique, celui-ci est relu et approfondi pour en lire un message théologique et existentiel.

Qu’est-ce que cela me dit sur Dieu et sur moi-même ? Les hébreux passent de la peur à la crainte respectueuse de Dieu, passe de l’angoisse de la mort à la confiance renouvelée en leur Dieu et leur guide, Moïse. Les disciples de Jésus passeront de la peur à l’audace de l’Evangile. Et nous ?

Cantique de l’Exode (Ex 15)

La Bible elle-même nous montre ici une alternance entre le récit et la réponse poétique du peuple. Nous enchaînons ce cantique sans finir la lecture précédente par « Parole du Seigneur », à la suite des Juifs qui, d’âges en âges, ont chanté ce chant d’exultation et d’espérance – « Le Seigneur règnera pour toujours ». L’action du Seigneur est décrite à travers la métaphore guerrière courante dans la Bible. Le Seigneur accompagne son peuple et le sauve de ses ennemis. Jésus-Christ est l’Emmanuel, « Dieu-avec-nous » et nous sauve de nos ennemis, les démons et la mort.

Isaïe 54, 5-14 : « Parole du Seigneur adressée à Jérusalem… »

Il y a beaucoup de déclarations d’amour de Dieu à son peuple dans la Bible. Goûtons à ces mots : « Ton époux, c’est Celui qui t’a faite, son nom est “Le Seigneur de l’univers”. […] Dans mon éternelle fidélité, je te montre ma tendresse. » Ce texte prophétique écrit probablement après le retour à Jérusalem après l’exil à Babylone (après 537), outre la mention du déluge, emploie la métaphore sponsale, de l’époux et de l’épouse, et la métaphore de la ville, ville qui désigne tout le peuple. Ce lien entre la ville de Jérusalem et le Dieu d’Israël est nourri par un genre littéraire du proche orient ancien polythéiste :  chaque ville avait sa divinité protectrice ; et lorsque les dieux décidaient de détruire une ville, croyait-on, ils emportaient la divinité protectrice au loin, pleurant, se lamentant ; la ville abandonnée pouvait être ainsi détruite. (cf. Lm 5, 20) Seul le retour de la divinité permettait la reconstruction.

Psaume 29 (30) Quand j’ai crié vers toi, Seigneur, mon Dieu, tu m’as guéri.

Au prophète qui dit « Quand ma colère a débordé, un instant je t’avais caché ma face » (Is 54,8), le psalmiste répond : Sa colère ne dure qu’un instant, sa bonté toute la vie ». Il y a, dans la Bible, disproportion entre la colère momentanée et la grâce éternelle. Le psalmiste, qui fait l’expérience de la souffrance, en constate le caractère limité et transitoire respectivement à la joie forte du salut.

Isaïe 55, 1-11 : « Ainsi parle le Seigneur : Vous tous qui avez soif… »

Le thème de l’eau, de l’alliance et de la Parole de Dieu sont centraux dans ce passage. La liturgie nous invite à voir en Jésus la source d’eau vive qui nous renouvelle et nous abreuve par le sacrement du baptême ; Jésus est le médiateur d’une alliance éternelle ; Jésus est La Parole qui « ne reviendra pas sans résultat, sans avoir fait ce qui me plaît, sans avoir accompli sa mission. » La mission du Seigneur : nous sauver, et rétablir la ressemblance entre l’homme et son créateur.

Cantique d’Isaïe 12

Ce cantique exprime précisément ce que nous sommes en train de vivre : « Annoncez parmi les peuples ses hauts faits ! […] Jubilez, criez de joie, car il est grand au milieu de toi, le Saint d’Israël »

Baruc 3, 9-15. 32 – 4, 4 : « Écoute, Israël, les commandements de vie… »

Nous écoutons à présent un livre qui fait partie de la Bible catholique, un livre dit « deutéro-canonique », écrit au IIème s. av. J.-C. Baruch place son récit au temps de l’exil à Babylone, et son but est d’aider les Juifs de la diaspora à vivre pleinement leur foi sans s’éloigner de la Loi (la Torah). L’abandon de la Loi, la désobéissance à Dieu provoque, selon l’auteur, la situation dramatique qu’ils vivent. Jésus est Sagesse de Dieu, lumière et vie de l’humanité, demandons-Lui de nous aider à nous conformer à son humilité et à son amour.

Psaume 18b (19) « La loi du Seigneur est parfaite, qui redonne vie »

Le psalmiste fait l’éloge de la Loi qui est « plus désirable que l’or, qu’une masse d’or fin, plus savoureuses que le miel qui coule des rayons. » Il nous invite à passer d’une compréhension intellectuelle de la Loi à une expérience sensitive. De même que l’on « goûte » la Parole de Dieu.

Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc (16,1-8)

Le chapitre final de l’évangile selon Marc, disciple proche de saint Pierre lors de sa période à Rome, comprend deux parties, une attribuée à Marc (16,1-8) et la seconde (16,9-20) ajoutée dans un second temps. La finale de Marc se terminait en effet par la stupeur et la peur des femmes qui se rendirent au tombeau. La seconde partie s’inspire clairement des autres évangiles qui ne laissent pas l’auditeur sur sa faim. Marc ne cache pas la difficulté qu’ont eut les disciples à la découverte du tombeau vide. Nous-mêmes avons parfois du mal à faire confiance, à croire, à espérer. Pourtant, le tombeau est vraiment vide. Le Seigneur est vivant. Dans la nuit, une lumière s’est levée.

Bibliographie

Ska, J.-L., «Genèse 1-11 : un texte sacerdotal et ses compléments.», dans M. Gilbert – J.L. Ska, Le chantier du Pentateuque, Bruxelles 2016, 29-53.

Sonnet, J., La Bibbia si apre a Pasqua. Il lezionario sulla Veglia pasquale: storia, esegesi, liturgia, Cinisello Balsamo; Roma 1 février 2016.

Ab Paul

Le Saint Sacrement – Petit témoignage

L’Église fête le très saint Sacrement lors du moins de juin. On l’appelle la fête-Dieu. Elle donne parfois l’occasion de processions dans les rues des villes et villages. Tradition très suivie par nos ancêtres mais un peu perdu depuis, en tout cas en France. Mais cela revient petit à petit.
A cette occasion, je te livre un témoignage personnel sur ce qu’a pu représenter pour moi le Christ dans l’eucharistie/la messe.

N’hésite pas à regarder en plusieurs étapes si tu trouves cela trop long (8 min).

La Sainte Trinité, qui est-ce?

Portes d’entrée pédagogiques au mystère de la Trinité

Le Signe de Croix

Quel est le cœur de la foi chrétienne?
Tu peux te souvenir que le signe de croix que l’on trace sur nous résume à lui seul les principaux mystères de notre foi.
1. Ce qu’on dit lorsque l’on fait le signe de croix: Au nom du Père, et du Fils et du Saint-Esprit. Dieu est donc un et trois.
2. On trace d’abord une ligne verticale de haut en bas: Du ciel le Fils est descendu et s’est fait homme pour nous sauver et nous faire remonter avec lui.
3. Puis un ligne verticale: L’Esprit Saint nous accompagne dans notre vie terrestre. Il est notre soutient. Lorsque notre main passe d’une épaule à l’autre, il y a comme une ouverture. L’Esprit nous fait respirer, nous rend libre.
4. Cela forme une croix: Jésus Christ, est mort sur la croix par amour pour nous, pour que nous soyons pardonnés de nos péchés. Jésus est mort puis est ressuscité, il est ainsi toujours vivant aujourd’hui.
5. Cette croix, nous la traçons sur nous, car nous voulons aimer Jésus comme il nous l’a montré. Il nous a invité à “porter notre croix”, avec lui (cf. Mt 10,38).

Des mots

Simple, Bien, Beau, Vrai, Bon, Un, Relation, Amour, Communion, Échange, Don, Mouvement, Identité, trois, une nature divine, trois personnes;
Incréé, Infini, Éternel, Tout-puissant, Dieu, Seigneur (cf. Quicumque de saint Athanase, 4e siècle).

Des icônes

Représenter l’indicible, l’invisible, l’ineffable, est-ce possible? L’icône ne cherche pas tant à représenter le mystère en réalité qu’à nous faire prier, qu’à faire grandir en nous l’amour, le désir de communier au mystère qu’est Dieu.

L’icône de la Trinité (1410-1427), de Roublev, le chef d’œuvre qui a peut-être fait le plus parler d’elle en 500 ans de l’histoire de l’humanité.

On peut méditer des heures avec cette icône.

Quelques idées avec le père Daniel Ange, qui est, selon moi, une des personnes qui approche le mystère avec le plus de délicatesse et de poésie (recension de son magnifique livre L’étreinte de feu).

Cette icône de la Trinité est une icône contemporaine réalisée d’après le psautier d’Ingeburge, XIIe s (source).
Le Père est représenté tenant la croix sur laquelle est cloué le Fils de Dieu. Une colombe symbolise l’Esprit-Saint.

 

 

Des métaphores

(Une métaphore n’explique pas pourquoi c’est comme cela, mais aide à saisir des éléments de ce qu’elle évoque. Elle a des avantages, mais aussi beaucoup de limites)

La métaphore du Soleil
cf. la vidéo

La métaphore de la famille
cf. la vidéo

La métaphore des flammes de trois bougies misent ensembles
Si l’on approche trois bougies les unes des autres et que nous fassions rencontrer les flammes, qu’advient-il de celles-ci? Les trois flammes de bougies s’unissent parfaitement. Elles sont une tout en restant trois.

La métaphore du trèfle à trois feuilles
Lors d’un sermon resté célèbre, saint Patrick, cherchant une image simple à comprendre, prit un trèfle et le compara au Dieu des chrétiens : Un et Trine, Dieu unique en trois Personnes : le Père, le Fils et l’Esprit Saint. Alors que les conversions se multiplièrent, cette illustration fit florès dans tout le pays. C’est ainsi que le trèfle devint le symbole de l’Irlande et celui de sont attachement à la foi chrétienne.

De l’Ascension à la Pentecôte

Cette vidéo a été produit dans le cadre d’un accompagnement des enfants de CM1 qui se préparent à la première communion avec l’aumônerie du lycée français de Rome, pendant la période de confinement.

Je la publie ici pour faire un lien avec les paroissiens de la Paroisse La-Croix-Saint-Pierre, notamment les enfants du catéchisme. Salutations à tous!

Voyages de saint Paul en Playmobil

Partons à l’aventure avec saint Paul, en quatre voyages autour de la méditerranée! En Playmobil…

le Livre des Actes des Apôtres à lire sur le site aelf.org

Les deux premiers voyages

Le 3ème voyage missionnaire et le 4ème voyage dit “de captivité” jusqu’à Rome

Les disciples d’Emmaüs – Jésus leur interpréta les Écritures

Ce court métrage a été produit dans le cadre d’un accompagnement des enfants de CM1 qui se préparent à la première communion avec l’aumônerie du lycée français de Rome, pendant la période de confinement.

Je la publie ici pour faire un lien avec les paroissiens de la Paroisse La-Croix-Saint-Pierre, notamment les enfants du catéchisme. Salutations à tous!

Ressources pour approfondir :

Le texte de l’Evangile : Lc 24, 13-35

Le lien avec l’eucharistie : schéma et explication sur kt42.fr.

Pour les adultes, le récit a en commun avec l’eucharistie les 5 E :
l’évènement, les Écritures, l’éthique, l’Eucharistie et l’Église. Cf. l’article de l’homélie du dimanche.

 

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén